Témoignages de bénéficiaires

Logo-MFR

La Maison Familiale et Rurale (MFR) de Crolles est située dans la vallée du Grésivaudan entre Chambéry et Grenoble. En tant qu’antenne locale du centre de formation d’apprentis (CFA) régional, elle forme à la maintenance de matériel agricole, de travaux publics et d’entretien des parcs et jardins.

Objectif de l’accompagnement :
développer de nouveaux services pour s’adapter à la demande

Interview de Daniel Bosa,

Directeur de la MRF de Crolles

Pourquoi avez-vous sollicité un DLA en 2011 ?

En résonance avec la réflexion conduite au plan national par notre fédération, notre conseil d’administration s’est interrogé sur la question de l’ancrage territorial de notre association et notamment sur l’offre de formation en direction des jeunes. Nous avions observé que notre territoire d’influence s’était beaucoup élargi puisque nous avions alors des apprentis qui venaient de Grenoble et du nord de la région PACA pour certains d’entre eux ! De même, les métiers auxquels nous formons évoluent. La question s’est donc posée de mettre en place un plan d’actions pour développer des formations qui répondent à ces évolutions.

 

Quelles ont été les préconisations du DLA ?

Nous ne voulions pas d’une solution clé en main, mais au contraire nous voulions être acteur de cet accompagnement. Nous attendions du DLA qu’il nous aide à mettre en place un plan d’actions adapté pour développer des actions de formation répondant aux évolutions que nous avions constatées.

C’est ainsi que nous avons mis en place une cellule de veille au sein de la MFR composée d’élus et de salariés qui se réunit 3 fois par an. Elle est à l’écoute des besoins exprimés par les acteurs du territoire. Cela nous permet de réfléchir ensuite à des actions de formation que nous pourrions mettre en œuvre dans le respect des valeurs fondatrices de notre organisation. Nous avons ainsi répondu à un appel d’offre de la région Rhône Alpes avec 4 autres structures sur le raccrochage des jeunes par l’emploi et la formation.

Le DLA nous a conforté dans nos axes de développement et nous a proposé des pistes nouvelles.

Propos recueillis dans le cadre de la Lettre DLA & Territoires n°22

logo-lce

Basée à Suresnes dans le 92, la Courte Echelle a pour vocation d’accompagner les enfants et les jeunes ayant des difficultés scolaires. Grâce à des bénévoles, la Courte Echelle apporte un appui et des ressources pour les aider à retrouver confiance et à développer leurs propres capacités dans le cadre d’aides scolaires individuelles ou collectives. L’association accompagne environ 220 enfants en individuel et 120 en groupes.

Objectif de l’accompagnement :
Repenser la gouvernance et le fonctionnement pour redynamiser la structure

Interview de Michel Dupire,

Président de la Courte Echelle

Pourquoi avoir fait appel au DLA en 2012 ?

Le départ de notre ancienne coordinatrice était un risque réel pour l’association. Nous avions besoin de passer cette étape en toute sérénité et en imaginant actions pour donner un nouveau dynamisme à la structure.

 

Comment le DLA a répondu à ce besoin ?

C’est grâce au diagnostic effectué par le DLA du 92 que nous avons pu identifier les actions à mener. Lors de l’accompagnement, nous avons réécrit le projet associatif et révisé les statuts grâce à un groupe de travail associant membres du CA, bénévoles et salariés de l’association. Nous nous sommes également rattachés à une convention collective plus adaptée à notre activité.

Par ailleurs, nous avons lancé différentes actions pour renforcer la cohésion de l’association : meilleure intégration et participation des bénévoles à la vie de l’association ; accompagnement de la nouvelle coordinatrice ; renforcement des liens avec nos partenaires, en particulier avec les établissements scolaires.

L’accompagnement DLA a permis de franchir le cap de la passation et de trouver un nouveau souffle grâce à une meilleure implication de ses membres et de ses dirigeants.

Propos recueillis dans le cadre de la Lettre DLA & Territoires n°22

Partage Entraide Vitreais

Créée en 1998, Partage Entraide Vitreais gère une boutique solidaire à Vitré. Elle vend des objets récupérés chez les particuliers. Avec l’association Entraide Récupération, qui pour sa part récupère des matériaux, elle a mené un accompagnement collectif en 2012, particulièrement apprécié, et qui portait sur la gestion associative et le modèle économique.

Objectif de l’accompagnement :
Se donner les moyens de se développer

Interview de Marcel Souchet,

Secrétaire de Partage Entraide Vitreais (PEV)

Comment fonctionnent vos deux associations ?

Nos associations reposent sur 4 salariés permanents et s’appuient sur des bénévoles particulièrement impliqués. Nous remplissons une réelle mission d’utilité sociale. La collaboration qui existe entre nos deux associations nous conduit à réfléchir à une fusion qui correspondrait à la réalité.

Pourquoi avez-vous recouru au DLA ?

Nous étions en pleine réflexion sur le positionnement de nos associations : quelles actions prévoir dans l’avenir ? Quelles activités développer ? Quel mode de gestion mettre en œuvre. Autant de questions lourdes de sens et d’incidences ! De nouveaux administrateurs de PEV avaient expérimenté les apports du DLA dans d’autres associations. Ils nous ont facilement convaincus de l’intérêt de ce dispositif.

La mission a-t-elle répondu à vos attentes ?

Pleinement ! Nous avons clarifié notre situation fiscale et obtenu un rescrit fiscal qui nous exonère de l’assujettissement aux impôts commerciaux depuis le 1er janvier 2014. Nous diversifions nos sources de financement. Nous avons également retravaillé nos statuts qui sont désormais adaptés à notre mode de fonctionnement. Enfin, nous avons pu nouer un partenariat plus fécond avec le syndicat de collecte des ordures ménagères ainsi qu’avec la commune de Vitré. Ce DLA nous a repositionnés et particulièrement motivés ! J’en veux pour preuve l’assiduité des administrateurs aux réunions collectives !

Comment voyez-vous désormais le développement des deux associations ?

L’ouverture d’une recyclerie en 2016 sur le territoire de Vitré constitue un vrai enjeu pour nos deux associations. Pour pouvoir prétendre à sa gestion, PEV et Entraide Récupération doivent être au top ! Grâce à au DLA, nous nous sommes donné les moyens d’y parvenir !

Propos recueillis dans le cadre de la Lettre DLA & Territoires n°23