[Belles Histioires] DLA & énergies citoyennes

En 2014, la Région Languedoc Roussillon  et l’ADEME Languedoc Roussillon lance un appel à projet pour la production d’énergies renouvelables coopératives et solidaires afin de créer une réelle dynamique d’essaimage des projets citoyens.  De ce projet, naît en 2015 ECLR « Energies Citoyennes Locales et Renouvelables », une association portée par Enercoop Languedoc-Roussillon qui a pour but de fédérer en réseau plus d’une cinquantaine de porteurs de projets engagés dans le développement des énergies renouvelables citoyennes et participatives. Simon Cossus, directeur d’Enercoop Languedoc-Roussillon, nous explique comment le DLA a directement participé à l’émergence de ce projet.

INTERVIEW DE SIMON COSSUS

Directeur de Enercoop Languedoc Roussillon

[INSPIRATION]

« Notre région est riche en initiatives citoyennes autour de l’énergie. Nous voulions, en partenariat avec la région pouvoir fédérer les initiatives individuelles en un réseau d’appui et de structuration, facilitant la transition énergétique. Pour cela, il fallait trouver un modèle économique qui ne nous rende pas complètement dépendant des subventions. »

Enercoop fait alors appel au DLA déjà bien identifié dans l’écosystème associatif de la région. L’objectif était d’établir une stratégie de développement, de préciser et structurer les objectifs sur le moyen et long terme.

[ACTION]

L’association fait ensuite appel à un consultant pour établir différents scénarios stratégiques. Après trois mois d’échanges et de cadrage avec l’aide du chargé de mission DLA, l’équipe a pu proposer ces trois perspectives d’évolution aux membres de l’association ECLR et Enercoop.

« Nous devions décider si nous avions envie d’être une petite association rattachée à la Région ou un vrai réseau avec un budget plus conséquent. »

Après délibération, un des scénarios est adopté par le projet. Ce temps de projection a permis de mobiliser l’équipe et l’ensemble des parties prenantes autour d’une feuille de route claire.

[CAPITALISATION]

Le calendrier a joué en la faveur de l’association puisque la fusion des régions a permis de décrocher une enveloppe plus importante. Le DLA a permis à l’association de montrer aux financeurs publics un véritable plan d’action stratégique et donc de gagner en crédibilité.

Aujourd’hui le réseau compte 4 salariés et 40% d’autofinancement. Il propose de la formation, de la mutualisation de ressources et de documents ainsi que de la sensibilisation au grand public. Une belle réussite pour le projet !

« Le DLA nous a permis de prendre une photo du projet à un instant de T et de réfléchir à l’orientation stratégique qu’on voulait lui donner. Le plan d’action que nous en avons tiré permet aujourd’hui à l’équipe et aux membres de porter collectivement et sur la durée le réseau. »